Rechercher
  • Notre Dame en Bearn

Mardi dans l'Octave de Pâques

Mis à jour : avr. 16

Le Christ est réssuscité ! Il est vraiment réssuscité !




Récit de la Résurrection du Christ aux mystiques... ici


Vision et dictée du 30 mars 1944.

L'Evangile tel qu'il m'a été révélé

Je vois une caverne rocheuse dans laquelle se trouve un lit de feuilles amassées sur un châssis rudimentaire de branchages enchevêtrés et liés par des joncs. Ce doit être aussi confortable qu’un instrument de torture. En outre, la grotte possède une grosse pierre qui sert de table, et une plus petite qui fait office de siège. Contre le côté du fond, il y en a une autre : un grand rocher saillit de la roche et — je ne sais si c’est naturellement ou à la suite d’un travail humain patient et pénible — a été poli et présente une surface relativement lisse. Il semble être un autel grossier. Une croix y est posée, faite de deux branches assemblées par de l’osier. L’habitant de cette grotte a en outre planté un pied de lierre dans une fissure terreuse du sol, et en a conduit les rameaux à encadrer la croix et à l’étreindre. Dans deux vases rustiques, qui paraissent modelés dans l’argile par des mains inexpertes, se trouvent des fleurs sauvages cueillies aux alentours. Au pied même de la croix, dans une coquille géante, se trouve un petit cyclamen sauvage dont les feuilles menues sont bien nettes; deux boutons sont prêts à fleurir. Il y a, au pied de cet autel, une gerbe de branchages épineux ainsi qu’un fouet en cordes nouées. On voit enfin, dans cette grotte, une cruche rustique qui contient de l’eau. Rien d’autre. Haut de page 252> L’ouverture étroite et basse laisse entrevoir un arrière-fond de montagnes et, comme on aperçoit au loin une luminosité mobile, on pourrait dire que la mer est visible de cet endroit. Mais je ne peux le certifier. Des branchages de lierre, de chèvrefeuille et de rosiers sauvages toute la magnificence habituelle des lieux alpestres, pendent sur l’ouverture et forment comme un voile mobile qui sépare l’intérieur de l’extérieur. Une femme décharnée, vêtue d’un vêtement rudimentaire sur lequel elle a posé une peau de chèvre en guise de manteau, entre dans la grotte en écartant les branches pendantes. Elle semble exténuée. Son âge est indéfinissable. Si l’on devait en juger à son visage fané, on lui donnerait un âge certain, la soixantaine passée. Mais si l’on en juge à sa chevelure encore belle, épaisse et dorée, pas plus de quarante ans environ. Ses cheveux pendent en deux tresses le long des épaules, voûtées et maigres, et c’est l’unique chose qui luit dans cette tristesse. La femme, c’est certain, a dû être belle, car son front est encore haut et lisse, le nez bien fait et l’ovale du visage régulier, bien qu’amaigri par son état d’épuisement. Mais les yeux n’ont plus d’éclat. Ils sont fortement enfoncés dans l’orbite et marqués de paupières bleuâtres. Ces yeux trahissent bien des larmes versées. Deux rides, presque des cicatrices, sont gravées du coin de l’œil, descendent le long du nez et vont se perdre dans cette autre ride, Caractéristique de ceux qui ont beaucoup souffert, qui descend en accent circonflexe des narines aux angles de la bouche. Les tempes semblent creusées et les veines bleutées se dessinent sur une grande pâleur. La bouche pend avec un pli las; elle est d’une couleur rosée extrêmement pâle. À une époque, elle a dû être une bouche splendide, mais elle est maintenant fanée. La courbe des lèvres ressemble à celle de deux ailes brisées qui pendent. C’est une bouche douloureuse. La femme se traîne jusqu’au rocher qui fait office de table et y dépose des myrtilles ainsi que des fraises sauvages. Elle va ensuite à l’autel et s’agenouille. Mais elle est tellement épuisée que, ce faisant, elle manque de tomber et se retient par une main au rocher. Elle prie les yeux tournés vers la croix, et des larmes descendent par le sillon des rides jusqu’à sa bouche, qui les boit. Elle laisse ensuite tomber sa peau de chèvre et reste avec sa seule tunique grossière, puis elle prend les fouets et les épines. Elle serre les branchages épineux autour de sa tête et autour de ses reins et se flagelle avec les cordes. Mais elle est trop faible pour le faire. Elle laisse donc tomber le fouet et, prenant appui des mains et du front sur l’autel, elle dit : "Je ne peux plus, Rabbouni ! Je ne peux plus souffrir, en souvenir de ta douleur !" Haut de page 253> C’est sa voix qui me permet de la reconnaître : c’est Marie de Magdala. Je me trouve dans sa grotte de pénitente. Marie pleure. Elle appelle Jésus avec amour. Elle ne peut plus souffrir, mais elle peut encore aimer. Sa chair, mortifiée par la pénitence, ne résiste plus à l’effort de se flageller, mais son cœur a encore des mouvements de passion et consume ses dernières forces en aimant. Et elle aime, en restant le front couronné d’épines et la taille serrée dans les épines, elle aime en parlant à son Maître en une continuelle profession d’amour et un acte de contrition renouvelé. Elle a glissé, le front à terre. Elle avait cette même pose au Calvaire devant Jésus déposé sur le sein de Marie[1], ou bien dans la maison de Jérusalem quand Véronique dépliait son voile[2], ou encore dans le jardin de Joseph d’Arimathie quand Jésus l’appela, qu’elle le reconnut et l’adora[3]. Mais aujourd’hui elle pleure, parce que Jésus n’est pas là. "Ma vie s’enfuit, mon Maître. Devrai-je mourir sans te revoir ? Quand pourrai-je me délecter de ta face ? Mes péchés sont devant moi et m’accusent. Tu m’as pardonné et je crois que l’enfer ne me possèdera pas. Mais combien de temps vais-je passer à expier avant de vivre de toi ! Oh ! Bon Maître ! Par l’amour que tu m’as donné, réconforte mon âme ! L’heure de la mort est venue. Par ta mort désolé sur la croix, réconforte ta créature ! C’est toi qui m’as engendrée. Toi, et non ma mère. Tu m’as ressuscitée plus que tu n’as ressuscité mon frère Lazare. Car il était déjà bon, lui, et la mort ne pouvait être qu'une attente dans tes limbes. Mais moi, j’étais morte dans mon âme, et mourir signifiait pour moi la mort éternelle. Jésus, en tes mains je remets mon esprit ! Il est à toi parce que c’est toi qui l’as sauvé. En guise d’ultime expiation, j’accepte de connaître l’âpreté de ta mort abandonné. Mais donne-moi un signe que ma vie a servi à expier mes fautes." Haut de page 254> "Marie !" Jésus est apparu. Il paraît descendre de la croix grossière. Mais il n’a pas de plaies et n’est pas mourant. Il est beau comme au matin de la Résurrection. Il descend de l’autel et s’avance vers la femme prosternée. Il se penche sur elle. Il l’appelle une nouvelle fois; puis comme, semble-t-il, elle croit entendre cette voix par ses sens spirituels et reste face contre terre, elle ne voit pas la lumière qui rayonne du Christ, il la touche en posant une main sur sa tête et la prend par le coude comme à Béthanie pour la relever[4]. Quand elle se sent touchée et reconnaît cette main à sa longueur, elle pousse un grand cri. Elle lève alors un visage transfiguré par la joie. Puis elle l’abaisse pour baiser les pieds de son Seigneur. "Lève-toi, Marie. C’est moi. La vie s’enfuit, c’est vrai. Mais je viens te dire que le Christ t’attend. Marie n’a pas à attendre. Tout lui est déjà pardonné, dès le premier instant. Mais, maintenant, cela lui est plus que pardonné. Ta place est déjà prête dans mon Royaume. Je suis venu te le dire, Marie. Je n’ai pas ordonné à l’ange de le faire car je rends au centuple ce que j’ai reçu, et je me souviens de ce que j’ai reçu de toi. Marie, revivons ensemble un moment du passé. Rappelle-toi Béthanie. C’était le soir qui suivait le sabbat. Ma mort adviendrait six jours plus tard[5]. Ta maison, tu t’en souviens ? Elle était toute belle, dans la ceinture fleurie de son verger. L’eau chantait dans la vasque et les premières roses sentaient bon autour de ses murs. Lazare m'avait invité à dîner et tu avais dégarni le jardin de ses plus belles fleurs pour décorer la table où ton Maître allait prendre son repas. Marthe n’avait pas osé te le reprocher parce qu’elle se souvenait de mes paroles[6]; elle te regardait avec une douce envie, car tu resplendissais d’amour en allant et venant pour veiller aux préparatifs. Puis j'étais arrivé. Plus rapide qu’une gazelle, tu étais accourue, précédant les serviteurs, pour ouvrir la grille avec ton cri habituel. On aurait dit le cri d’une prisonnière libérée. Et, de fait, j’étais ta libération et toi une prisonnière libérée. Les apôtres m’accompagnaient. Ils étaient tous là, même celui qui était désormais un membre gangreneux du corps apostolique. Mais c’est toi qui étais venue prendre sa place. Et tu ignorais que, en regardant ta tête penchée pour me baiser les pieds, ton regard sincère et rempli d’amour, j’oubliais mon dégoût d’avoir le traître à mes côtés. C’est pour cette raison que je t’ai voulue au Calvaire. C’est pour cette raison que je t’ai voulue dans le jardin de Joseph. Car te voir m'assurait que ma mort n’était pas sans but. Et me montrer à toi était un acte de gratitude pour ton amour fidèle. Marie, bénie es-tu, toi qui ne m’as jamais trahi, qui m’a confirmé dans mon espérance de Rédempteur, toi en qui j'ai vu tous ceux que ma mort allait sauver. Pendant que tous mangeaient, toi, tu adorais. Haut de page 255> Tu m’avais offert de l’eau parfumée pour mes pieds fatigués et des baisers chastes mais ardents pour mes mains; non contente encore, tu as voulu briser ton dernier vase précieux et m’oindre la tête en me peignant les cheveux comme le fait une mère, puis m’oindre les mains et les pieds afin que ton Maître tout entier sente bon comme les membres d’un roi consacré... Alors Judas, qui te détestait parce que tu étais honnête désormais et que tu repoussais par ton honnêteté les convoitises des hommes, t’avait réprimandée... Mais, moi, je t’avais défendue parce que tu avais accompli tout cela par amour, un si grand amour que son souvenir m'a accompagné durant mon agonie, le soir du jeudi à l’heure de none... C’est en raison de cet acte d’amour que tu m’as donné au seuil de ma mort, que je viens maintenant, au seuil de ta mort, te récompenser par l’amour. Ton Maître t’aime, Marie. Il est ici pour te le dire. Ne crains pas, n’aie pas peur d’une autre mort. Ta mort n’est guère différente de la mort de ceux qui versent leur sang pour moi. Que donne le martyr ? Sa vie par amour de son Dieu. Que donne le pénitent ? Sa vie par amour de son Dieu. Que donne celui qui aime ? Sa vie par amour de son Dieu. Tu vois bien qu’il n’y a pas de différence. Martyre, pénitence, amour consument le même sacrifice et dans le même but. Il y a donc en toi, qui est pénitente et qui aime, le même martyre que celui qui périt dans l’arène. Marie, je te précède dans la gloire. Baise-moi la main et reste en paix. Repose-toi. Il est temps pour toi de prendre du repos. Donne-moi tes épines. C’est maintenant le temps des roses. Repose-toi et attends. Je te bénis, ma bénie." Jésus a obligé Marie à s’étendre sur son lit. La sainte, le visage baigné de larmes d’extase, s’est couchée comme son Dieu l’a voulu; elle semble dormir, maintenant, les bras croisés sur la poitrine; ses larmes continuent à couler, mais sa bouche rit. Elle se relève pour s’asseoir quand une lumière éclatante apparaît dans la grotte, provoquée par la venue d’un ange portant un calice qu’il pose sur l’autel et qu’il adore. Marie, agenouillée à côté de sa couche, adore elle aussi. Elle ne peut plus bouger. Ses forces l’abandonnent. Mais elle est heureuse. L’ange prend le calice et lui donne la communion. Puis il remonte au ciel. Telle une fleur brûlée par un soleil trop ardent, Marie se penche, les bras encore croisés sur la poitrine, et elle tombe, le visage dans les feuilles de sa couche. Elle est morte. L’extase eucharistique a coupé le dernier fil qui la retenait à la vie. Haut de page 256> Pendant que Jésus parlait, je voyais la scène qu’il décrivait : la maison de Béthanie toute fleurie et en fête. La salle du banquet richement décorée. Marthe affairée et Marie qui s’occupe des fleurs. Puis l’arrivée de Jésus en compagnie des douze, et sa rencontre avec Marie qui le conduit vers la maison. Lazare descend en hâte à la rencontre du Maître et entre avec lui dans la maison, dans une pièce qui précède celle du banquet. Marie porte l’eau dans un bassin et veut laver elle-même les pieds de Jésus. Puis elle change l’eau et tient le bassin jusqu’à ce que Jésus se soit purifié les mains. Quand il lui rend l’essuie-mains, elle le lui prend des mains et l’embrasse. Elle s’assied alors par terre, sur un tapis qui recouvre le sol, aux pieds de Jésus, et l’écoute converser avec son frère; ce dernier montre à Jésus des rouleaux, de nouvelles acquisitions qu’il a faites récemment à. Jérusalem. Jésus discute avec Lazare du contenu de ces ouvrages et, explique les erreurs doctrinales qu’ils contiennent, je crois, ou alors des différences entre ces doctrines du paganisme et les vraies. Il doit s’agir d’ouvrages littéraires que Lazare, qui est riche et cultivé, a voulu connaître. Marie ne parle jamais. Elle écoute, et elle aime. Ils vont ensuite dîner. Les deux sœurs servent à table. Elles ne mangent pas. Seuls les hommes mangent. Les serviteurs vont et; viennent eux aussi, apportant les plats qui sont riches et beaux. Mais ce sont les deux sœurs qui servent en personne à table; elles prennent sur les crédences les plats que les serviteurs y déposent ainsi que les amphores remplies de vin qu’elles versent. Jésus boit de l’eau. Ce n’est qu’à la fin qu’il accepte un doigt de vin. Or vers la fin du banquet, quand déjà le repas ralentit son rythme et tourne surtout en conversation tandis qu’on passe les fruits et les douceurs, Marie, qui avait disparu pendant quelques minutes, revient avec une amphore d’albâtre. Elle en brise le col contre le coin d’un meuble pour pouvoir y puiser avec plus de facilité puis, debout derrière Jésus, elle lui prend les cheveux à pleines mains et les oint. Elle en reconstitue les boucles et termine en les enroulant mèche par mèche autour de ses doigts. On dirait une mère qui peigne son enfant. Lorsqu’elle en a fini, elle embrasse tout doucement la tête de Jésus, puis lui prend les mains, les embaume et les baise; elle en fait ensuite de même avec ses pieds. Les disciples regardent. Jean sourit, comme pour l’encourager. Pierre hoche la tête mais... allez, il sourit lui aussi dans sa barbe et peu à peu les autres en font autant. Thomas et un autre vieillard grommèlent à voix basse. Mais Judas, dont le regard est indéfinissable mais certainement mauvais, explose avec mauvaise humeur : Haut de page 257> "Quelle bêtise ! Il n’y a que les femmes pour être aussi sottes ! Pour quoi faire un tel gaspillage ? Le Maître n’est certes pas un publicain ni une prostituée pour avoir besoin de telles manières efféminées ! Et puis c’est dés honorant pour lui. Que vont dire les juifs quand ils le sentiront parfumé comme un éphèbe ? Maître, je m’étonne que tu permettes à une femme de faire de telles sottises. Si elle a des richesses à gaspiller, qu’elle me les donne pour les pauvres ! Ce sera plus judicieux. Femme, je te le dis, arrête, car tu me dégoûtes !" Marie le regarde, interdite, et, rougissante, elle est sur le point d’obéir. Mais Jésus lui pose la main sur la tête, qu’elle tient penchée, puis fait descendre sa main sur son épaule en l’attirant doucement vers lui, comme pour la défendre : "Laisse-la faire, dit-il. Pourquoi la rabroues-tu ? Personne ne doit reprocher une œuvre bonne et y voir des sous-entendus que seule la méchanceté enseigne. Elle a accompli une bonne action à mon égard. Les pauvres, vous en aurez toujours. Moi, je ne serai plus parmi vous mais les pauvres resteront. Vous pourrez continuer à leur faire du bien, mais pas à moi, car le moment est proche où je vais vous laisser. Elle a anticipé l’hommage rendu à mon Corps sacrifié pour vous tous, et elle m’a oint pour ma sépulture, car alors elle ne pourra le faire. Et cela lui aurait trop coûté de ne pas avoir pu m’embaumer. En vérité je vous dis que, partout où l’Evangile sera annoncé et jusqu’à la fin du monde, on se souviendra de ce qu’elle vient de faire. Les âmes tireront de son acte un enseignement pour m’offrir leur amour comme un baume aimé du Christ, et prendre courage dans le sacrifice : ils penseront que tout sacrifice revient à embaumer le Roi des rois, l’Oint de Dieu, celui dont la grâce descend comme ce nard de mes cheveux pour féconder les cœurs à l’amour et vers qui l’amour s’élève en un continuel flux et reflux d’amour de moi à mes âmes et de mes âmes à moi. Judas, imite-la, si tu en es capable. Si tu peux encore le faire. Et puis, respecte Marie et moi avec elle. Respecte-toi aussi toi-même. Car ce n’est pas se déshonorer que d’accepter un pur amour avec un amour pur, en revanche, nourrir la rancœur et faire des insinuations sous l’aiguillon de la sensualité, voilà qui est dés honorant ! Voici trois ans, Judas, que je t’instruis. Mais je ne suis pas encore arrivé à te faire changer. Or l’heure est proche. Judas, Judas... Merci, Marie. Persévère dans ton amour." Haut de page Jésus dit : 258> "Bien qu’une créature puisse, de façon absolue, aimer avec générosité et récompenser ceux qui l’ont aimée, ce n’est jamais que très relatif. En revanche, votre Jésus surpasse tout désir humain, aussi vaste soit-il, et toute limite de satisfaction. Car votre Jésus est Dieu et, moi, je vous donne avec ma prodigalité de Dieu et de Dieu bon, à vous qui êtes généreux et qui aimez - car cette page s’adresse tout spécialement à vous, âmes qui ne vous contentez pas d’obéir aux préceptes mais qui embrassez le conseil et développez votre amour jusqu’à accomplir de saints actes d’héroïsme -. Je suscite les miracles pour vous, pour vous accorder de la joie en échange de toute la joie que vous m’occasionnez. Je me substitue à ce qui vous fait défaut ou je vous procure ce qui vous est nécessaire. Je ne vous laisse manquer de rien, car vous vous êtes dépouillés de tout par amour de moi, au point de vivre dans la solitude matérielle ou morale dans un monde qui ne vous comprend pas, qui vous méprise et qui, reprenant l’ancienne insulte qu’on m’avait déjà adressée, à moi votre Maître, [7] vous traite de "fous" et voit en votre pénitence et en vos lumières des signes diaboliques. En effet, le monde asservi à Satan croit que les saints sont des satans, eux qui ont mis le monde sous leurs pieds et s’en sont fait une échelle pour monter plus haut vers moi et se plonger dans ma Lumière. Mais laissez-les donc vous traiter de "fous" et de "démons". Je sais que vous êtes les détenteurs de la vraie sagesse, de l’intelligence droite, et que vous possédez une âme d’ange dans un corps mortel. Je n’oublie pas le moindre de vos soupirs d’amour et je me souviens de tout ce que vous avez fait pour moi; tout comme je vous défends contre le monde, car je fais connaître aux meilleurs de ce monde ce que vous représentez à mes yeux, je vous récompense lorsque vient l’heure et que je juge qu’il est temps de mêler quelque douceur à votre calice. Je suis le seul à l’avoir bu jusqu’à la dernière goutte sans l’adoucir avec du miel. Moi qui ai dû me cramponner à la pensée de ceux qui allaient m’aimer à l’avenir, pour pouvoir résister jusqu’au bout, sans en venir à maudire l’homme pour qui je répandais mon sang et connaître (plus que connaître : m’y abandonner) au désespoir devant ma condition d’être abandonné par Dieu[8].


259> Ce que j’ai souffert, je ne veux pas que vous le souffriez. Mon expérience a été trop cruelle pour que je vous l’impose. De plus, ce serait vous tenter au-delà de vos forces. Dieu n’est jamais imprudent. Il désire vous sauver et non vous perdre. Et vous imposer de vivre certaines heures trop cruelles reviendrait à la perte de votre âme, qui ploierait comme une branche trop chargée, finirait par se briser et connaîtrait la boue après avoir connu si bien le ciel. Je ne déçois jamais ceux qui espèrent en moi. Dis-le, dis-le, dis-le à tous."





Récréation... Marcelino pan y vino ici




Direct

17h30 Adoration du Très Saint Sacrement

18h00 Chapelet

18h30 Messe

Via You tube (Paroisse Lescar)

ou en cliquant ici


Prions Marie qu'elle hâte le retour de son Fils >>


Mouvement sacerdotal marial

16h30 Vous pouvez vous unir au mouvement sacerdotal marial. Déroulé ici >>

Les mystères glorieux seront priés chaque jour

Lecture 30 du livre bleu ici

53 vues

BLOG

 

Nous vous proposons divers thèmes associés à des lectures spirituelles, des documentaires, des homélies ou un film.

VOIR >>

CONTACT

 

05 59 81 04 83

2 Place Royale

64230 Lescar

paroisselescar@gmail.com

M'INSCRIRE A LA GAZETTE DE LA PAROISSE