Rechercher
  • Notre Dame en Bearn

À votre pauvreté J’ai donné le Pain du Ciel...



Marthe Robin : 52 ans à ne pouvoir se nourrir que de la Sainte Eucharistie



Saint Tarcisius Acolyte et Martyr de l’Eucharistie

Tarcisius, nous le connaissons grâce à Saint Damase, élu Pape en 366, qui  organisa le culte des Martyrs, composa et fit graver dans la catacombe de Saint-Calixte des épigrammes en leur honneur. Sur sa tombe est écrit : « Tarcisius portait les Sacrements du Christ. C'est alors qu'une troupe d'excités le pressa de les montrer aux impies. Il préféra donner sa vie plutôt que de montrer à ces chiens enragés les Célestes membres. » C'était vers l'an 254, le cruel Valérien régnait sur l'empire de Rome. Dans la ville où les Saints apôtres Pierre et Paul avaient donné leur vie pour Jésus-Christ, les Chrétiens se multipliaient. Les païens qui les rencontraient dans les rues disaient d'eux : « Ceux-là, voyez comme ils s'aiment ». Mais ils n'avaient pas le droit de se réunir pour prier ensemble. Pour Célébrer la Messe, ils se cachaient dans les catacombes. Or, à cette époque, Étienne était Pape et parmi les enfants qu'il instruisait pour devenir Prêtres, se trouvait un garçon d'une quinzaine d'années : Tarcisius. Le saint Pontife leur dit un jour : « Vous ne devez pas seulement sauver votre âme, mais aussi celle des autres ; si vous avez un ami ou un parent païen, vous devez le convertir. Soyez des apôtres ! ». Et Tarcisius lorsqu'il servait la Messe priait et Communiait pour ceux qui ne connaissaient pas Jésus-Christ. Quelques mois après, le 15 Août, le Prêtre Dyonisus disait la Messe dans les catacombes. Au moment de la Communion, il se tourna vers l'assistance : « Mes frères, lequel d'entre vous se sent assez courageux pour porter l'Hostie Sainte aux prisonniers qui seront livrés aux bêtes demain ?Moi, père, fais-moi cet honneur”, répondit le premier, Tarcisius, devenu acolyte, et qui servait la Messe. Enfant, tu passeras peut-être inaperçu, que Dieu te protège ! » et Dyonisus déposa l'Hostie dans les mains de l'acolyte. Tarcisius enveloppa ce précieux dépôt dans sa tunique, serra ses bras sur sa poitrine et sortit des catacombes. Sur la via Appia, tout en priant Dieu qu'il portait sur son cœur, il marcha ainsi jusqu'à la place publique. Il y avait là une bande de garçons païens qui jouaient sous la direction de Quintilus le plus âgé d'entre eux. « Tarcisius, qu'est-ce que tu portes comme ça ?, dit Quintilus en le saisissant par le bras. “Ça ne te regarde pas”. On sait que tu es Chrétien, si tu ne dis pas ce que tu portes, on te dénoncera à la police ». A ce moment-là, les soldats qui passaient entendirent les paroles des enfants et s'approchèrent : « Est-ce vrai que tu es Chrétien ?Oui, je le suis” ». Ils voulurent l'obliger à desserrer les mains, mais une force extraordinaire les avaient comme soudées l'une à l'autre. Pour lui faire lâcher prise, ils frappèrent l'héroïque enfant à coup de pierre et de bâton. Il fut atteint gravement à la tête et il tomba sur les dalles de la route, les mains toujours pressées sur sa poitrine. Alors ils s'acharnèrent sur lui avec une telle violence qu'il s'évanouit en murmurant : « Seigneur Jésus, ne permettez pas que votre Corps soit profané ». Ils essayèrent encore de le fouiller, mais ils ne réussirent pas à dégager ses bras. A ce moment-là, passa un envoyé de Dyonisus, inquiet de ne pas le voir revenir. En voyant cet homme, les soldats et les enfants eurent peur et se dispersèrent, mais il était trop tard ! L'envoyé du Prêtre s'agenouilla près de l'enfant et le souleva dans ses bras. Le petit Martyr ouvrit les yeux une dernière fois et murmura : « Ne vous occupez pas de moi, mais prenez soin des Hosties que je porte ».




Nous vous proposons de prier avec Saint Tarcissius pour la Sainte Eucharistie.


Neuvaine à Saint Tarcissius

Premier Jour

Prions pour la défense du caractère sacré de la Sainte Eucharistie


Père infiniment bon, nous sommes conscients que nombre de nos pensées et de nos gestes participent trop souvent au reniement du sacrement que Tu nous a offert par Amour, alors même que ceux que Tu avais chéris accomplissaient les plus sombres heures de l'humanité.

Dieu trois fois Saint, aide-nous à toujours oeuvrer pour que ton Corps offert ne soit jamais bafoué par ceux qui prétendent que Tu n'es pas réellement présent dans l'Hostie consacrée.


Notre Père... Je Vous Salue Marie... Gloire au Père...


Seigneur Jésus, éclaire par ton Esprit ceux qui ne voient en l'hostie consacrée qu'un symbole de ton amour et non un miracle sans cesse renouvelé du pain changé en ton Corps Véritable. Ne nous laisse pas nous écarter de ton Corps offert.




Catéchèse du vendredi 18 juin 1943.


Jésus dit  : « Pour soutenir ses forces physiques, il faut nourrir le corps. Les indigents qui ne peuvent se procurer de la nourriture doivent la mendier auprès des riches. D’habitude, ils demandent du pain. Sans pain, la vie est impossible. Vous êtes des pauvres qui avez besoin de nourriture pour votre âme. À votre pauvreté j’ai donné le Pain eucharistique. Il nourrit la moelle de votre âme, donne vigueur à l’esprit, soutient vos forces spirituelles, augmente le pouvoir de toutes les facultés intellectuelles, car là où est la vigueur vitale est aussi la vigueur mentale. Une nourriture saine infuse la santé. Une nourriture vraie infuse la vraie vie. Une nourriture sainte suscite la sainteté. Une nourriture divine donne Dieu. Mais en plus d’être pauvres, vous êtes malades, faibles, non seulement de cette faiblesse que cause le manque de nourriture et qui cesse quand on se nourrit, mais faibles à cause des maladies qui vous épuisent. Que de maladies a votre âme ! Que de microbes vous inocule le Malin pour provoquer ces maladies en vous ! Celui qui est faible et malade a besoin, non seulement de pain, mais aussi de vin. Dans mon Eucharistie, je vous ai laissé les deux signes de ce dont a besoin votre nature de pauvres et votre faiblesse de malades : le pain qui nourrit, le vin qui fortifie. J’aurais pu me communiquer à vous sans signes extérieurs. Je le peux. Mais vous êtes trop lourds pour saisir le spirituel. Vos sens extérieurs ont besoin de voir. Votre âme, votre cœur, votre esprit cèdent, et péniblement, devant les formes visibles et palpables. C’est tellement vrai que, si vous arrivez à croire que je suis dans l’Eucharistie et que vous me recevez dans l’hostie, vous n’admettez pas, la grande majorité d’entre vous, l’infusion en vous de l’Esprit dont vous viennent élans, lumières, impulsions aux bonnes œuvres. Si vous croyiez avec la force dont le Mystère est digne, vous sentiriez, en me recevant, la vie qui entre en vous. Lorsque je m’approche de vous, vous devriez vous sentir brûler comme près d’une fournaise ardente. Ma présence en vous devrait vous plonger dans une extase qui emporterait le profond de votre esprit dans un ravissement de Paradis. La fusion de votre humanité pervertie avec mon humanité parfaite vous donnerait la santé, même physique; ainsi, vous résisteriez aux maladies de votre corps jusqu’au jour où je dirais «Assez» pour vous ouvrir le Ciel. Elle vous apporterait l’intelligence pour comprendre rapidement et avec justesse. Elle vous rendrait impénétrables aux assauts déchaînés ou aux pièges subtils de la Bête. Au lieu de cela, je peux faire bien peu parce que j’entre là où la foi est languissante, où la charité est superficielle, où la volonté est à l’état d’ébauche, où l’humain est plus fort que l’esprit, où, par-dessus tout, vous ne faites pas d’effort pour réprimer la chair afin que l’esprit surgisse. Vous ne vous efforcez pas du tout. Vous attendez le miracle de moi. Rien ne m’empêche de l’accomplir, mais je veux de votre part au moins le désir de le mériter.

À celui qui se tourne vers moi en criant de l’aider et en imitant la foi des foules de Galilée, je me communiquerai, non seulement avec mon Corps et mon Sang, mais avec ma charité, mon intellect, ma force, ma volonté, ma perfection, mon Essence. Dans l’âme qui sait venir à moi, je serai présent comme je le suis au Ciel, dans le sein du Père dont je procède, engendrant l’Esprit qui est charité et sommet de perfection.”




Mois de mai, mois de Marie >>

Mouvement sacerdotal marial

16h30 Vous pouvez vous unir au mouvement sacerdotal marial. Déroulé ici >>

Les mystères glorieux seront priés chaque jour

Lecture 412 du livre bleu ici

128 vues

BLOG

 

Nous vous proposons divers thèmes associés à des lectures spirituelles, des documentaires, des homélies ou un film.

VOIR >>

CONTACT

 

05 59 81 04 83

2 Place Royale

64230 Lescar

paroisselescar@gmail.com

M'INSCRIRE A LA GAZETTE DE LA PAROISSE