20ème jour

« Me voici, qu’il me soit fait selon ta parole. » Si nous voulons ressembler à Marie, si nous voulons être transformés dans tout notre être à mesure que les années passent, il faut qu’il y ait en nous ce double mouvement à la fois d’élan et de passivité. « Oui, je réponds présent », et en même temps, « je m’abandonne à votre bon vouloir ». Pour vivre ainsi, il faut évidemment avoir une grande foi, il faut vraiment croire que Dieu est là, qu’il conduit toutes choses. Dans notre propre existence, si l’on dit à Dieu : « Me voici, qu’il me soit fait selon ta parole », il faut mettre à mort : « ça me plaît, ça me plaît pas », et cela en fonction de notre propre jugement, de nos propres envies et pire encore de notre petit confort. Le Verbe de Dieu a pu prendre chair dans le sein de Marie parce que Marie était à la fois abandonnée à la volonté de Dieu et qu’elle a coopéré de toute son âme et de tout son corps à cette même volonté. Il faut que la matière soit malléable pour que le potier puisse réaliser son œuvre. Dieu nous veut souples et normalement, lorsque l’Esprit-Saint nous habite, il y a en nous cette souplesse. Quand vous voyez un être rigide, vous pouvez être sûr qu’il n’est pas dans l’Esprit-Saint. Souplesse, c’est le mot d’ordre pour rendre nos cœurs totalement disponibles à l’action de Dieu.